Traverser les ténèbres

En sept. – oct. 2020, Utopiesk & Le Centre Culturel La Lanterne vous proposent une immersion dans :

Révoltée (Mon autobiographie) de Evguénia Iaroslavskaïa-Markon

La supplication : Tchernobyl, chronique du monde après l’apocalypse de Svetlana Alexievitch

 

Pourquoi ?

Ces récits témoignent d’horreurs du siècle dernier mais nous parlent aussi d’aujourd’hui, car notre histoire en est empreinte et parce qu’ils parlent de l’humain, dans la petite et la grande Histoire.

Ils témoignent de ce que l’humain peut faire de pire mais aussi de l’incroyable force de vie et d’amour dont il est capable.

Tous les jeudi un passage choisi à lire ou à écouter

et

Deux lectures mises en scène

samedi 5/9/20 à 20h à Utopiesk l’Atelier – 06.82.77.63.79

lundi 21/9/20 à 20h au Centre Culturel La Lanterne – 06.41.02.16.23

Entrée libre sur réservation

Les Carriolettes

Dimanche 2 août 2020 Utopiesk était à Les Carriolettes.

Des histoires étaient accrochées un peu partout, sur des piquets, des stands, des barrières, ainsi les visiteurs pouvaient les découvrir au gré de leurs déplacements. Des panneaux à thème ont été installés pour que chacun puisse s’exprimer.

Merci à Martin François de la Ferme de Busserolles et à l’association Les Carrioles d’avoir invité Utopiesk 🙂

 

Utopiesk 12 Mystère

Album réunissant des histoires réalisées entre novembre 2019 et janvier 2020

Copyright Estelle Soavi. Tous droits réservés.

Sidération

Tempête

Comme un sandwich

Rues désertes

Grottes

Le quotidien

Cadeaux

Systèmes

Généreusement

Construire des pyramides

Faut pas s’en faire !

Collègues

Signer des pétitions

Clashs générationnels

Taxe fin d’année

Effondrement

 

 

Un être au crépuscule

 

J’arrive aujourd’hui au crépuscule de ma vie, et je vous demande quelque chose, quelque chose de tout simple mais qui pourtant s’avère parfois difficile :

ne m’enlevez pas ces douces étapes vers la disparition que sont les pertes de facultés tandis que d’autres genres de perceptions (re)viennent, telles les premières années de la vie, magnifiques, où les facultés se développent au gré de notre constitution unique et de notre histoire particulière ; nos dernières années, magiques, elles aussi, nous laissent savourer le deuxième grand changement de notre vie, après l’aurore, celui du crépuscule.

Laissez-moi franchir chaque seuil avec tout mon être, et ma pleine conscience, car la conscience ne vient pas que du fonctionnement des facultés mais de tout l’être et même un peu autour de lui et dont les facultés ne sont qu’une expression. La vie s’exprime à travers maintes formes.

L’on peut bien avoir nos cinq sens, nous sommes perdus si nous n’avons pas celui qui leur en donne un : le goût de vivre.

Je veux pouvoir rejoindre le néant en marchant et en faisant les pas moi-même, et que si des compagnons sont autour, ce soit pour célébrer la vie dont la disparition est un des éléments, une des étapes, et non pour soutenir « un pauvre être« .

Célébrons la vie, la vie qui apparaît, la vie qui se développe, la vie qui perdure et la vie qui disparaît.

Laissons se faire cette merveille qui est la délectation de chaque stade de la vie, de chaque joie, de chaque souffrance, de chaque étrangeté, de chaque extase et de chaque pas.

Merci,

Bien à la vie,

Un être au crépuscule

 

 

Texte écrit le 4 novembre 2018